Skip to main content

Le babillard: quand écrire devient lire ensemble

  • Auteurs de l'article de l'article: Belinda Firmani et Frédérique Cordonnier
  • PDF article: C_48_Art2.pdf

On le sait, les enfants arrivent en classe avec des référents culturels multiples. Certains ont rencontré des textes et écrits divers dès leur plus jeune âge dans le cadre familial. D’autres les découvrent en classe. Dans un article rédigé suite à une communication dans le cadre de la matinée d’échanges de pratique à la HEB Defré, le 19 octobre 2013, Belinda Firmani et Frédérique Cordonnier décrivent comment le «babillard» amène les enfants à partager leurs référents littéraires et à développer une véritable communauté de lecteurs. Le babillard, outil composé d’un tableau et de post it de différentes couleurs, permet aux enfants de mettre des mots sur leurs ressentis pendant et après la lecture d’un livre qu’ils ont choisi personnellement et de partager leurs découvertes avec d’autres. Les auteures définissent les conditions de mise en place de l’outil, le rôle de l’enseignant et les réactions des élèves. Une évaluation conduite avec les élèves ayant expérimenté le babillard pendant un an et demi met en évidence que tous l’ont apprécié parce qu’ils peuvent s’y exprimer, donner leur avis et qu’ils sont conseillés au moment de choisir un livre. Mais la raison majeure avancée par ces élèves est que, grâce aux commentaires des autres enfants, ils sont incités à découvrir des livres, voire des genres de livres qu’ils n’auraient pas ouverts auparavant. D’après les enfants, le babillard permet de mieux apprécier la lecture de livres. L’opinion de l’autre est donc un puissant moteur pour motiver la lecture.