Association belge pour la littératie - Section francophone

Appel à contribution Caractères 65 : Littératie adulte

Il y a dix ans, dans le numéro 40 de la revue Caractères[1], Anne Godenir revenait sur 5 ans de collaboration entre le mouvement d’éducation permanente 
Lire et Ecrire et des centres de lecture publique au profit du développement des compétences en littératie d’adultes illettrés, c’est-à-dire  «toute personne qui n’a pas les aptitudes de base en lecture, écriture et langue orale, suffisantes pour faire face aux exigences de la vie actuelle » (2011, p 22). De son côté, Lire et Ecrire préfère utiliser l’expression d’analphabète fonctionnel, définie par l’Unesco en 1978, pour qualifier  une personne qui « ne peut se livrer à toutes les activités qui requièrent l’alphabétisme aux fins d’un fonctionnement efficace de son groupe ou de sa communauté et aussi pour lui permettre de continuer d’utiliser la lecture, l’écriture et le calcul pour son propre développement et celui de la communauté ».

Depuis 2011, date de la publication de l’article d’Anne Godenir, la situation de l’alphabétisation a changé, davantage encadrée par les pouvoirs publics, investie à partir de 2012 par la Commission Européenne qui réclame des résultats : « Pour un européen sur cinq, le monde reste difficile à lire : agissez maintenant »[2]. Ils seraient 10% de la population en Belgique francophone[3] à ne pas disposer des compétences de base en  littératie nécessaires pour utiliser l’écrit dans les  apprentissages et dans la vie de tous les jours, que ce soit en réception ou en production. Mais seulement 3184 engagés dans une formation chez Lire et Ecrire en 2020.

Outre l’importance du développement de ces compétences pour les adultes concernés, on peut aussi épingler l’effet que celles-ci ont sur les enfants et leur rapport au lire-écrire, dès lors que l’on sait l’importance de l’environnement familial sur l’apprentissage de la lecture[4], et donc sur le niveau de compétence en littératie de la population dans son entièreté. C’est la raison pour laquelle l’ABLF a voulu investir ce champ dans son 65ème numéro. 

Concrètement, les articles proposés rendront compte soit de témoignages sur des pratiques permettant de développer les compétences en littératie d’un public adulte, soit d’une réflexion sur les besoins de ce même public, soit encore d’outils et dispositifs susceptibles d’éclairer et d’alimenter les pratiques.

Le comité de rédaction attend les contributions pour le 8 janvier 2022 en vue d’une publication en avril 2022.
Les consignes rédactionnelles sont détaillées sur le site de l’ABLF : https://www.ablf.be/images/stories/ablfdocs/Consignes_redactionarticles.pdf

[1] https://www.ablf.be/caracteres/publications-2011

Voir également http://www.ablf.be/images/stories/ablfdocs/_Lettrure3_64.pdf

[2] Voir Bastyns, C., Godenir, A. & Mainguet, C. (2015). Institutionnalisation de l’alphabétisation des adultes en Belgique francophone : en quoi les politiques de l’emploi et la référence à l’employabilité ont-elles modifié le champ ? Dynamiques régionales, 2, 67-76.

[3] Projection obtenue, en l’absence d’enquête spécifique à la Fédération Wallonie-Bruxelles, par le croisement de résultats d’enquêtes internationales et de chiffres statistiques belges sur le niveau d’études, entre autres : Etat des lieux alphabétisation FWB 2014-2016 http://www.alpha-fle.be/index.php?eID=tx_nawsecuredl&u=0&g=0&hash=d38c4905ce5217262e65e82fc27ab3908d3ff901&file=fileadmin/sites/alpha/upload/alpha_super_editor/alpha_editor/documents/8_EDL_2014-2016/EDL_2014-2016.pdf

[4] Dionne, A.-M., Saint-Laurent, L. & Giasson, J. (2004). Caractéristiques et perception de la littératie chez les parents ayant de faibles compétences en lecture et en écriture. Revue de l’Université de Moncton35(2), 131–154.

Les thématiques de nos prochains numéros
  • Caractères 66 (novembre 2022) : Savoirs langagiers
  • Caractères 67 (avril 2023) : Appropriation du nouveau Référentiel Tronc commun

Les détails et dates de soumission suivront. Varia bienvenus !

M comme la mer

Joanna Concejo,
M comme la mer,
ed. Format 2021

Par Brigitte Van den Bossche

Comme silencieux, une série de dessins se succèdent précédant la page de titre. Ils ancrent l’atmosphère dans laquelle baigne M comme la mer, ils incarnent d’emblée la signature de Joanna Concejo : inspirations photographiques, moments et souvenirs épars, émanations nostalgiques et mélancoliques, odyssée de l’âme humaine… Ces composantes se fondent et se confondent, elles arriment l’histoire, celle d’un garçon solitaire dont n’est dévoilée que l’initiale du prénom – c’est M. 

Geneviève Hauzeur

Comment Wang-Fô fut sauvé (Marguerite Yourcenar)

Au cours de français, l’entrée dans le secondaire implique notamment la lecture à domicile d’un certain nombre de romans. Ceux qui « aiment lire » s’acquittent sans doute facilement de leur tâche, mais restent sur leur faim quand leur implication se voit valorisée par la seule exécution d’un questionnaire de vérification ; pour les autres, ces lectures à domicile sont synonymes de corvée ou se réduisent à la recherche d’une fiche de lecture sur le net, quand elles ne sont pas tout simplement non réalisées, au grand dam des enseignants. Comment motiver les élèves à réellement s’engager dans la lecture de romans ? Comment exploiter leur lecture autrement que par le traditionnel questionnaire de vérification ? Comment les outiller pour en faire des lecteurs actifs et autonomes de récits de qualité ? Les cercles de lecture proposent des réponses très concrètes à ces questions, et ce quels que soient le niveau de maitrise des élèves, leurs attentes ou difficultés en lecture. Cet article expose les grands principes du dispositif et en propose une illustration via les traces de deux expérimentations menées dans des classes de 1re secondaire autour de la nouvelle de Marguerite Yourcenar, Comment Wang-Fô fut sauvé.

PDF de l'article

En confiant le précédent numéro de Caractères à l’asbl Boucle d’Or, l’ABLF voulait mettre en lumière un moment important du chemin du lecteur : celui de l’entrée dans l’écrit, de la naissance du plaisir de lire, de l’installation de l’échange autour du livre. Dans ce 62e numéro, Caractères franchit les années et interroge le public des adolescents, celui dont on dit qu’il n’aime pas lire, celui dont on dit que son addiction au numérique empêcherait de développer plaisir de lire et compétences en lecture.

Par Justine Mouchart

C’est parce qu’il est tellement bon de lire et de partir à la découverte d’un auteur au travers de ses albums, que j’ai eu envie de partir de ce plaisir-là pour inviter les enfants à pratiquer la lecture et l’écriture sous différents aspects et dans différents buts. J’ai régulièrement pu constater que lire en classe est synonyme d’efforts et de contraintes. J’ai donc tenté de mettre en place une approche différente pour partir à la découverte et pratiquer la lecture de toute une série d’albums de jeunesse.

L'aticle au format PDF

 

Note de lecture proposée par Graziella Deleuze

Jean-Louis Dumortier (coord.), Namur, Cédocef & PUN, 2009, Tactiques, n°5 (155 p.).

Avec des contributions de Daniel Delbrassine, Jean-Louis Dumortier, Claude Marion, Julien Van Beveren & David Vrydaghs.

L'article complet au format PDF

Cet ouvrage, composé de six articles, propose une réflexion théorique mais surtout pratique sur les récits de soi et sur la manière de les aborder en classe. Si les perspectives et les activités proposées  sont variées, les auteurs n’en poursuivent pas moins des objectifs communs: amener les adolescents à développer des compétences en lecture, à adopter une attitude critique face aux récits du genre, à mener une réflexion anthropologique.

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.

Ok