Flash news

Une nouvelle adresse mail

Nous avons une nouvelle adresse mail !
Désormais, vous pouvez nous contacter via Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Maudite soit la guerre

Ce monument, il a été construit quatre ans après la fin de la guerre, en 1922. L’artiste qui devait le réaliser ne voulait pas faire une sculpture avec des soldats, des fusils, comme il y en a sur toutes les places des villages de France. On lui a raconté mon histoire. Il m’a demandé de poser pou...

“Savoirs langagiers”

Aucun enseignant belge francophone n’ignore que la Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique est engagée dans un processus de réforme de son système d’enseignement : un « pacte pour un enseignement d’excellence » a vu le jour et, dans la foulée, un vaste chantier de rédaction de nouveaux référentiels. Vaste chantier car le précédent référentiel des Socles de compétences présentait les grandes balises du cursus de l’enseignement de la 1re primaire à la 2e secondaire là où les nouveaux précisent les attendus de savoirs, savoir-faire et compétences pour chaque année du tronc commun, de la 1re primaire à la 3e secondaire.

Dans ce contexte turbulent de réformes, le comité rédactionnel de l’ABLF se devait de consacrer un numéro aux savoirs disciplinaires dont le traitement et l’articulation au sein du nouveau référentiel de français (FRALA) ont suscité pas mal de réactions : les savoirs grammaticaux ou plutôt les savoirs langagiers. En effet, dans ce nouveau texte institutionnel, les savoirs langagiers sont envisagés dans une perspective de communication et leur étiquetage n’est requis qu’à la fin de la 3e primaire.

Le n° 67 de Caractères, dans la perspective du référentiel, sera donc consacré aux « savoirs langagiers mis au service du sens », c’est-à-dire aux savoirs “grammaticaux” envisagés comme autant d’outils mobilisés en vue de l’acquisition progressive de compétences linguistiques visant à mieux écrire et mieux parler. Le texte, envisagé en réception ou en production, constitue l’unité de base pour observer, manipuler la langue et s’approprier ses mécanismes ; l’objectif d’apprentissage de ces observations et manipulations sera l’amélioration de la qualité de la compréhension en lecture et des productions écrites et orales.

Si vous souhaitez décrire et analyser une pratique de classe, partager une réflexion qui s’inscrit dans cette perspective communicationnelle et sémantique, débattre de cette approche résolument réflexive de la langue, nous attendons vos propositions de contribution à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour le 10 janvier 2023 en vue d’une publication en avril 2023.

Accès aux consignes de rédaction pour la soumission des contributions à la revue Caractères: c'est ici

Revues Caractères extraits

Edito

Depuis sa naissance, l’ABLF s’est donné pour mission d’étudier les pratiques visant à mieux lire et écrire. Ce numéro 66 de la revue Caractères ne déroge pas à la règle mais élargit le spectre en proposant une focalisation sur des écrits qu’on qualifie généralement de réflexifs, désignant ainsi des productions dont la finalité n’est pas tant la qualité du produit fini que le processus d’écriture.

Cet adjectif, accolé aux écrits, tire son origine du travail de Dewey (1933/2004) sur la réflexivité que l’on pourrait définir comme un processus cognitif continu permettant d’observer sous différents angles sa propre pratique et d’y réfléchir délibérément afin de l’analyser, la questionner, l’évaluer pour pouvoir la réguler et l’améliorer.

Patricia Schillings analyse des écrits appréhendés comme outils de régulation comportant un double objectif : rendre visible les enjeux des apprentissages et favoriser l’explicitation des démarches cognitives. Elle montre aussi, dans son article, comment ces écrits peuvent être utilisés comme outils de pensée et croiser des apprentissages, établir des liens entre des disciplines comme le français et l’éducation culturelle et artistique ou encore la formation manuelle, technique, technologique et numérique.

Marine André s’intéresse, quant à elle, aux écrits intermédiaires au service du développement des connaissances en sciences : ils ont, en effet, un caractère médiateur, intermédiaire entre les représentations mentales qui évoluent, entre l'élève et ses pairs ou encore entre les phases de reformulation des apprentissages réalisés. Dans ces écrits, l’activité langagière est envisagée comme un objet d’enseignement de chaque discipline et non comme une activité transversale.

Écrire pour penser, consolider et partager ses apprentissages dans une visée interdisciplinaire: le rôle des écrits de travail

Patricia Schillings
La mise en place d’un tronc commun polytechnique a conduit à définir des savoirs disciplinaires aussi divers que le français, l’éducation artistique et culturelle et la formation manuelle, technique , technologique et numérique. Au croisement de ces disciplines, certaines activités d’écriture , même très simples, peuvent aider les élèves, même jeunes, à construire des connaissances et plus largement à apprendre leur métier d’élève. Encore faut-il accepter de leur laisser produire des textes i...

Écrire pour apprendre dans les disciplines scolaires : un exemple en sciences

Marine André
Très souvent, les élèves ont peu conscience des différences langagières entre les disciplines. À la fin de l'école primaire, ils semblent s'être construit des représentations des disciplines fondées sur des aspects matériels tels que la couleur d'un classeur plutôt que sur la nature de l'activité cognitive développée au sein de celles-ci (Reuter, 2007). Pour que les élèves apprennent à identifier et à maitriser les modes de penser/ les pratiques discursives des disciplines scolaires, il est i...

Flash news

Une nouvelle adresse mail

Nous avons une nouvelle adresse mail !
Désormais, vous pouvez nous contacter via Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous voulez soutenir l'ABLF ?

Adhérez à l'association

En soutenant l’ABLF, vous contribuez au développement des compétences d’une communauté d’enseignants et d’autres professionnels soucieuse d’améliorer les pratiques de littératie en Fédération Wallonie-Bruxelles et dans le monde francophone.

avec le soutien
de la Fédération Wallonie-Bruxelles

N° ISSN 2736-2329

Copyright © 2010- ABLF
Webdesing Grab-it