Association belge pour la littératie - Section francophone

La colonie de vacances

Fanny Dreyer, La colonie de vacances – Albin Michel Jeunesse 2021 (coll. Trapèze)

Par Brigitte Van den Bossche

La colonie de vacances de Fanny Dreyer séduit par ses qualités narratives et visuelles. Cinq enfants se retrouvent en montagne dans un camp de vacances estivales. Tout au long d'un séjour rythmé d'activités et d’aventures diverses, ils se racontent, observent, ressentent, apprennent : séparés de leur famille, ils sont confrontés à la vie en collectivité. Louise, Marco, Jeanne, Nina et Ali, âgés de 6 à 10 ans, révèlent chacun, chacune leur individualité ; ils apprécient, craignent, réprouvent toutes sortes de choses ; l'une entame là sa première expérience de colonie et les autres ont déjà gouté à ces odyssées d'été. Ensemble, ils vont s'épanouir au gré des jeux, échanges, chansonnettes et randonnées... au fil des jours, au fil des nuits.

Fanny Dreyer dépeint avec finesse des paysages et une nature qu'elle connait bien, ceux de sa Suisse natale. Ses chalets, ses végétaux, ses minéraux, ses objets et figurines de traditions populaires, ses douceurs sucrées aussi....composent une toile vaste et bucolique sur laquelle sont épinglés différents moments de la colonie: les préparatifs à la maison, le départ et le voyage en car, l'arrivée au gite, la découverte du dortoir, les rassemblements autour des moniteurs, la constitution de groupes joyeusement nominatifs et la création des costumes, les tâches à la cantine, les histoires du soir, les « olympiades », le passage à la piscine, la grande randonnée, la boum de clôture, le tohu-bohu du rangement... Les phases s'enchainent jusqu'au retour au bercail, et avec elles une foule d'atmosphères et d'émotions : alternance d’épisodes mélancoliques et guillerets, de doutes et d’insouciance, de moments d’introspection et d’autres de partage.

Sa Colonie de vacances, Fanny Dreyer la « scénographie » toute en délicatesse, dévoilant par touches successives une petite société d'êtres qui s'initient à la vie en communauté, nourrie d'échanges et d'explorations ; une petite société qui étape par étape se construit jusqu'à son émancipation finale. Car oui, au terme de l'expérience intense vécue ensemble, chacun aura changé de place et s'ancrera autrement sur le chemin de sa propre existence.
La poésie des images de Fanny Dreyer fait écho à celle du récit. Ses illustrations doucement colorées et aérées invitent à la contemplation. L’artiste signe là un album d’une belle humanité.

 

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.

Ok