Skip to main content

Lettrure:

une revue en ligne

Lettrure est une revue scientifique, publiée en ligne (www.ablf.be), s'adressant en priorité (mais pas exclusivement) aux chercheurs en littératie. Les articles soumis doivent apporter une contribution significative à l'avancée des connaissances en matière d'apprentissage et d'enseignement du lire-écrire, à tous les niveaux, du préscolaire à l'âge adulte.

Conditions de soumission

LETTRURE attend les propositions de contributions sous forme d'articles isolés ou thématiquement regroupés. Les membres du comité scientifique qui le souhaitent peuvent adresser un projet de dossier thématique, qui, en cas d'acceptation, fera l'objet d'un appel à communications spécifique. Les articles seront publiés en français ou en version bilingue si la version non française est fournie par les auteurs. Pour la présentation des tapuscrits soumis à Lettrure, consultez nos consignes.

Droits de réimpression

Toute réimpression d'articles parus initialement dans LETTRURE devra recevoir l'autorisation préalable de l'Ablf et sera faite aux conditions qu'elle fixera. Les traductions d'articles repris de l'International Reading Association restent sous le copyright de l'IRA et leur réimpression doit donc recevoir la double autorisation de l'IRA et de l'Ablf. Les membres de l'Ablf peuvent photocopier les articles de la revue en nombre limité à des fins d'enseignement, avec mention bibliographique précise.

Politique éditoriale

LE TITRE

Cil qui sevent de letreure
devroient bien metre lor cure
es bons livres
Marie de France, Ysopet (ca. 1180)

Les clercs auront donc plus de facilité
D'être nobles, courtois et sages (...)
Que les princes et les rois,
Qui n'ont aucun savoir de lettrure;
Jean de Meun, Le Roman de la Rose (ca. 1275).
Edition Langlois, Paris, 1922. (Vers 18635 à 18639)

In youthe a maister had this emperour
To techen him lettrure and curtesie
Chaucer, Contes de Canterbury (ca. 1380)

Dès 2002, l'ABLF a utilisé, dans le cadre des colloques internationaux qu'elle organisait, le concept de littéracie, sans trop s'arrêter aux critiques qui s'élèvent parfois contre l'importation de ce concept anglo-saxon (literacy). D'entrée de jeu, nous nous sommes toutefois demandé si nous n'aurions pas mieux fait de redonner vie au joli terme qui était utilisé dans le français du XXIIIe siècle pour désigner tous les savoirs du lettré: la lettrure (letreüre). Ainsi, quand Jean de Meun nous parle dans son Roman de la Rose de cette letreüre qui fait toute la noblesse acquise du clerc, et qui manque tant à la noblesse de sang, il parle aussi bien de lecture, d'écriture et de littérature savante, autrement dit latine. Le mot, hélas, n'a pas résisté à sa proximité avec son doublet savant, le mot "littérature", qui s'est imposé à la Renaissance avec un sens moins connoté sur le plan religieux. Il a donc disparu, malgré une peu fructueuse tentative d'importation en... anglais par Chaucer, dans ses Contes de Canterbury!

Mais comme nous ne souhaitions pas compliquer les choses en ajoutant un terme supplémentaire au champ lexical concernant la maitrise du langage écrit, nous avons adopté dans nos publications courantes le terme de littéracie, qui avait déjà bien du mal à s'imposer. Las, quand on voit que la Commission française de terminologie et de néologie a proposé en 2005 de traduire "literacy" par "littérisme", alors, on se prend à regretter d'avoir tant de scrupule! Littérisme ne fait système avec aucun autre terme, alors que lettrure est un dérivé bien formé de lettres, lettré et qu'il pourrait permettre des oppositions telles que lettré-illettré, lettrure-illettrure, illettrure venant avantageusement remplacer cet "illettrisme" qui, lui non plus, n'a aucun pendant positif.

Qu'on se rassure toutefois : pour nous, LETTRURE restera avant tout un titre de revue, et nous ne demanderons à personne de l'utiliser dans ses textes, ni plus ni moins que le terme de "littéracie" que nous écrivons désormais "littératie". Loin de nous ce genre de dogmatisme.

STRUCTURE ÉDITORIALE

LETTRURE publiera des articles originaux à caractère scientifique concernant le champ de l'apprentissage et de l'enseignement du langage écrit.
Ces articles seront révisés et sélectionnés par des pairs, membres du comité scientifique permanent ou consultés pour la circonstance. 

COMITÉ SCIENTIFIQUE PERMANENT

Membres au 1 janvier 2010
  • Nathalie Baïdak (EAEC Eurydice)
  • Emmanuelle Canut (Uiversité de Nancy)
  • Danièle Cogis (Université de Paris 3)
  • Chara Dafermou (Université Nationale d'Athènes)
  • Jacques David (IUFM de Versailles)
  • Godelieve Debeurme (Université de Sherbrooke)
  • Séverine De Croix (Haute École Léonard de Vinci)
  • Graziella Deleuze (Haute École de Bruxelles)
  • Jean-Louis Dufays (Université Catholique de Louvain)
  • Jean-Louis Dumortier (Université de Liège)
  • Natacha Espinosa (Université de Paris 3)
  • Eliane Fijalkow (Université de Toulouse 2)
  • Jacques Fijalkow (Université de Toulouse 2)
  • Anne Godenir (Lire et Ecrire en Wallonie)
  • Manon Hébert (Université de Montréal)
  • Dominique Lafontaine (Université de Liège)
  • Lizanne Lafontaine (Université du Québec en Outaouais)
  • Anne Leclaire-Halté (IUFM de Lorraine)
  • Martine Leclerc (Université du Québec en Outaouais)
  • Véronique Leclercq (Université de Lille)
  • Luc Maisonneuve (IUFM de Bretagne)
  • Isabelle Montésinos-Gelet (Université de Montréal)
  • Chantal Ouellet (Université du Québec à Montréal)
  • Laurence Pasa (Université de Toulouse 2)
  • Sylvie Plane (IUFM de Paris – Université Paris-Sorbonne)
  • Serge Ragano (Université de Toulouse 2)
  • Glais Sales Cordeiro (Université de Genève)
  • Patricia Schillings (Université de Liège)
  • Sabine Vanhulle (Université de Genève)
  • Yves Reuter (Université de Lille)
  • Maria Sfyroera (Université Démocrite de Thrace)

Avis aux auteurs

CONTENU

LETTRURE accueillera trois types de contributions :

  • les contributions sur invitation, permettant de mettre à l'honneur des recherches reconnues pour leur excellence;
  • les contributions thématiques, venant répondre à un appel spécifique de la Rédaction;
  • les contributions diverses, qui viennent spontanément répondre à notre appel permanent;

Pour les deux dernières catégories de contributions, LETTRURE appelle à la soumission d'articles à caractère scientifique apportant une contribution significative à l'avancée des connaissances et de la compréhension en matière d'apprentisage et d'enseignement du lire-écrire, à tous les niveaux, du préscolaire à l'âge adulte, et concernant tous les milieux d'apprentissage, famille, école, bibliothèque, lieux de travail, etc.
Les articles publiés par LETTRURE seront prioritairement des rapports de recherches originales, menées de manière rigoureuse selon des perspectives variées sur les plans épistémologique, méthodologique, disciplinaires. Lettrure pourra également publier des études théoriques et épistémologiques permettant de développer une nouvelle compréhension des phénomènes, ainsi que des analyses de tendances et de questions qui traversent le champ.

FORMAT DES SOUMISSIONS

Toute soumission d'article doit être envoyée sous forme de fichiers .word (fichier .doc, .docx ou .rtf) à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Les graphiques seront envoyés à part sous leur format d'origine (xls) ; les illustrations doivent être libres de droit (indiquer leur source). Elles seront présentées dans un fichier à part, de format .gif ou .jpg, de maximum 300Ko. La place des graphiques et illustrations sera clairement indiquée dans le texte de l'article.

Chaque soumission d'article est accompagnée d'une feuille de présentation en word, comprenant:

  • la reprise du titre de l'article;
  • les nom(s), prénom(s) du ou des auteurs de l'article;
  • les Coordonnées complètes du ou des auteurs de l'article (adresses postales, courriel, appartenances institutionnelles);
  • une notice biobibliographique personnelle de 150 mots maximum pour chaque auteur;
  • un résumé de 150 mots maximum en français et en anglais;
  • 3 à 5 mots-clés.

Présentation de l'article lui-même:

  • Pas de nom d'auteur.
  • Le titre sera proposé en corps 14.
  • Les sous-titres (de 3 niveaux de hiérarchisation maximum) constituent un paragraphe typographique autonome.
  • Les textes sont formatés dans la police Arial, corps 11, interligne simple, sans feuille de style ni corps ou caractère particulier – pas d'ajustement à droite du texte. Proscrire les sauts de ligne, les sauts de page. MAIS PAGINER.
  • De manière générale, veuillez éviter toute présentation particulière sous Word qui ne fera que compliquer le travail de mise en maquette (ne mettez ni texte centré, ni gras, ni souligné ; ne changez pas de format de page, de tabulation, ou de police en cours de texte). La rédaction de Lettrure se charge de l'harmonisation du texte en fonction de la maquette de la revue et des styles de celle-ci.

Les notes seront reportées en fin d'article.

De manière générale, essayez de réduire au maximum le nombre de notes et surtout leur longueur. Une note démesurément longue n'est souvent pas lue, ou complique une notion au lieu de l'éclaircir. Il est possible, exceptionnellement, de prévoir des encadrés pour des mises au point, des notes méthodologiques, des références statistiques, des annexes, ou des références bibliographiques importantes. Signalez l'endroit précis où vous désirez les voir insérés. A défaut de précision, la Rédaction reportera ceux-ci en fin de texte.
LETTRURE adopte les dernières recommandations orthographiques de l'académie française. Vous êtes priés de vous y conformer.
Les références biblographiques seront scrupuleusement vérifiées et indiquées selon la norme ISO 690 (= APA). Se reporter aux explications données sur les sites suivants :
http://doclib.ulg.ac.be/apa/
http://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/bpsp/documents/Bibliographie_APA_F_13doi.pdf

ÉVALUATION

Les tapuscrits seront tout d'abord examinés par le rédacteur-en-chef. Ceux qui, de manière claire, ne correspondent pas à la politique éditoriale de LETTRURE ou ne répondent pas aux instructions données aux auteurs ne seront pas mis à la lecture. Les auteurs recevront une explication de ce refus.
Les tapuscrits acceptés seront anonymisés et revus par 2 membres qualifiés du Comité scientifique, celui-ci pouvant, pour la circonstance, être élargi à des experts extérieurs.
Les tapuscrits sont évalués en fonction de leur contribution potentielle au domaine, de leur cohérence théorique, de leur rigueur scientifique et méthodologique, et de la qualité de leur présentation.
Le comité scientifique se donnant d'abord pour tâche d'aider les auteurs à atteindre un haut niveau scientifique, il ne sera pas rare qu'il soit demandé aux auteurs de revoir leur texte sur des points précis.

Procédure en cas de refus d'un article par l'un des deux évaluateurs

  1. Un évaluateur refuse l'article et l'autre l'accepte sans modification ou avec des modifications mineures L'article est soumis à un troisième évaluateur. Si cet évaluateur accepte l'article sans modification ou avec modifications mineures, l'article est accepté sous réserve des modifications à apporter. S'il le refuse ou l'accepte avec des modifications majeures, l'article est refusé. L'éventuelle présentation d'une nouvelle version sera évaluée par de nouveaux experts.
  2. Un évaluateur refuse l'article et l'autre l'accepte avec des modifications majeures L'article est refusé. L'éventuelle présentation d'une nouvelle version sera évaluée par de nouveaux experts.
  3. Les deux évaluateurs refusent l'article L'article est refusé et ne peut pas être proposé à nouveau.

PUBLICATION

Comme LETTRURE sera publié en libre accès, les auteurs des tapuscrits définitivement acceptés sont conviés à signer l'accord de publication et de licence de droit d'auteur prévu par LETTRURE. Il s'agit, croyons-nous, d'un accord équilibré qui préserve du mieux possible les intérêts de la revue ainsi que celui des auteurs. Un numéro d'ISSN électronique sera attribué à la revue, avec dépôt à la Bibliothèque Royale de Belgique.
Les épreuves en pdf seront adressées à l'auteur 15 jours avant publication pour approbation définitive; il recevra également une copie pdf dès que l'article sera paru, et dont il pourra disposer selon les droits et devoirs définis par l'accord de publication et licence.