Deprecated: implode(): Passing glue string after array is deprecated. Swap the parameters in /home/customer/www/ablf.be/public_html/templates/yoo_monday/layouts/theme.config.php on line 127
Edito - ABLF

Association belge pour la littératie - Section francophone

Edito

En confiant le précédent numéro de Caractères à l’asbl Boucle d’Or, l’ABLF voulait mettre en lumière un moment important du chemin du lecteur : celui de l’entrée dans l’écrit, de la naissance du plaisir de lire, de l’installation de l’échange autour du livre. Dans ce 62e numéro, Caractères franchit les années et interroge le public des adolescents, celui dont on dit qu’il n’aime pas lire, celui dont on dit que son addiction au numérique empêcherait de développer plaisir de lire et compétences en lecture.

Au hasard des titres de presse en France et en Belgique francophone, une vision partagée : « La pratique de la lecture est en baisse chez les 15-25 ans : en cause, Internet et séries télé » (Le Monde, 04/7/2019) ; « Au secours, les petits Belges ne lisent plus » (Le Soir, 24/07/2019).
Qu’ils recouvrent une réalité ou expriment de manière excessive une inquiétude réelle, ces titres ont en commun de parler des questions que se posent les adultes sur le rapport des jeunes au livre. Et au premier rang de ces adultes inquiets se trouvent les enseignants. Comment, se demandent-ils, développer le gout des élèves pour la lecture ? Quels textes leur proposer ? Et comment les faire lire tous, malgré les différences de « niveaux » ? Comment faire évoluer leurs compétences en lecture ?

L’article de Jean-Louis Dufays, Magali Brunel, Vincent Capt et Valérie Fontanieu rend compte des résultats partiels de « la recherche Gary » menée depuis 2015 dans quatre pays francophones (Belgique, France, Québec et Suisse). Cette recherche se penche sur les différences de l’évolution de trois composantes de la lecture étroitement liées (compréhension, interprétation et appréciation) auprès d’élèves de 9 à 16 ans. Elle met aussi en lumière les différences entre les pratiques enseignantes mises en place dans ces quatre pays pour développer ces trois opérations de lecture fondamentales pour installer et entretenir le gout de la lecture.
Mais précisément, quelles pratiques adopter avec des groupes d’élèves dont le rapport à la lecture et les compétences en lecture sont disparates ? C’est confrontée, lors de ses stages, à cette question, que Bahar Yaras a voulu mettre en place une réelle différenciation et a développé une réflexion, qu’elle nous présente ici, sur un accompagnement différencié via la constitution de groupes de besoins travaillant des stratégies de compréhension en lecture. On verra que cette proposition, loin de cantonner les élèves petits lecteurs dans le travail de la compréhension (comme le montrent certains résultats dans l’étude de Dufays et alii.) a pour ambition d’outiller les élèves pour les accompagner dans le développement des habiletés de compréhension et d’interprétation.

Par ailleurs, quelle place les autorités institutionnelles de Belgique accordent-elles à la littérature de jeunesse et aux pratiques favorisant la lecture littéraire entendue comme un va-et-vient entre une lecture distanciative et une lecture participative (Dufays, Gemenne et Ledur, 2015) ? Pierre Outers propose une amorce de réponse à cette question. Au-delà de l’examen descriptif des instructions officielles, il se penche sur des injonctions qui sont de nature à influencer les pratiques enseignantes. L’originalité de sa démarche réside dans l’analyse comparative inédite des référentiels et programmes de la Vlaamse Gemmentschap et ceux de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Or on sait que les résultats des élèves néerlandophones et francophones aux évaluations externes sont parfois divergents.

Enfin, s’il s’agit de développer les compétences en compréhension, interprétation et appréciation, tout au long du parcours scolaire, il est tout aussi important de se préoccuper de la sélection des supports de lecture. Les enseignants ne manquent d’ailleurs pas d’outils leur proposant des lectures, classées selon thèmes et âge. Limitons-nous à signaler deux ressources bien connues du monde francophone belge : le site Ricochet, une mine d’or dédiée à la littérature de jeunesse francophone (https://www.ricochet-jeunes.org/) ainsi que les brochures Au bonheur de Lire réalisées par la cellule Culture-Enseignement de la FW-B (http://www.culture-enseignement.cfwb.be/index.php?id=cult_ens_bonheurdelire), qui proposent des incitateurs pour les élèves à partir du 2e degré et ciblent des lectures de l’édition pour adulte.

Et les questions d’émerger à nouveau : proposer des livres choisis pour donner aux adolescents le gout de la lecture, on ne peut qu’adhérer. Mais quels livres alors ? Faut-il proposer une littérature qui réponde à leurs centres d’intérêts ? Qui mette en scène des personnages de leur tranche d’âge ? Deborah Danblon et Marine André nous font quelques propositions publiées dans le Coin Lecture de notre site et reprises dans le présent numéro. Quelques titres d’une littérature de qualité pour accompagner l’adolescent dans son développement psychologique, social, affectif et sexuel.

Bonne lecture !

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok