Association belge pour la littératie - Section francophone

Caractères 46

Sommaire

Caracteres 59

Par Ekram El-Boubsi

Ekram El-Boubsi rend compte du cheminement d'enfants de 1re année primaire, non lecteurs, de nationalités et de cultures différentes, dans leur confrontation avec une mise en réseau de livres qui a pu allier l'entrée dans le processus de compréhension de textes et l'installation progressive d'une culture littéraire commune. Dispositif ambitieux d'habitude proposé à des enfants du cycle supérieur mais qui, comme le montre l'enseignante, fonctionne parfaitement avec de jeunes élèves.

L'article complet au format PDF

Par Lucie Taquet

Lucie Taquet présente le compte rendu du projet qu'elle a mené avec une classe de 6e primaire hétérogène, dans le cadre de son travail de fin d'études. Partant du principe que la réécriture est un objet d'enseignement/apprentissage, elle relate les activités et outils qu'elle a mis à la disposition des enfants pour les aider à modifier leur représentation du travail de réécriture et à intégrer les exigences de celui-ci dans leurs productions personnelles.

L'article complet au format PDF

Par Graziella Deleuze et Geneviève Hauzeur

Ce numéro 46 de Caractères se termine par une note de lecture co-écrite par Graziella Deleuze et Geneviève Hauzeur à propos du récent ouvrage de Jean-Louis Dumortier, écrit avec la collaboration de Micheline Despy et Julien Van Beveren : Savoirs Langagiers. Glossaire visant à pourvoir d'un bagage de notions communes tous les enseignants de français de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Un glossaire pour qui ? Pour quoi ? Quelle est son originalité ? Quelles sont ses limites ?
Voici quelques questions abordées dans cette note de lecture.
En savoir plus, c'est le lire…

L'article complet au format PDF

Par Sandrine Vasseur

Tenir un journal des apprentissages en 1re année du degré différencié sous forme de lettre est le défi que Sandrine Vasseur étudiante (régendat français) a lancé durant le stage pendant lequel elle a effectué son travail de fin d'études. Elle montre comment les élèves qui écrivaient très peu, voire pas du tout, se sont appropriés cet outil de réflexion sur leurs apprentissages et la pertinence de leurs écrits, comment s'est progressivement invité, dans une correspondance qu'elle tenait avec ses élèves, ce processus complexe qu'on appelle métacognition.

L'article complet au format PDF

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.

Ok