Association belge pour la littératie - Section francophone

Les ateliers de négociation graphique : un outil pour comprendre les raisonnements des élèves en matière orthographique

Par France Neuberg et Patricia Schillings Université de Liège

Pourquoi les élèves n’appliquent-ils pas les règles apprises en classe ? Pourquoi, dès qu’ils sont en situation de production écrite, certains commettent-ils des erreurs là où ils n’en feraient pas nécessairement lors d’exercices systématiques ? Le transfert entre les exercices et les productions écrites ne va pas de soi. Et c’est pour cause : dans de tels exercices, on dit bien souvent explicitement aux élèves quelle(s) règle(s) ils doivent appliquer. La démarche cognitive/réflexive qui consiste à identifier les ressources (connaissances et stratégies) nécessaires à la résolution d’un problème n’est pas exercée. Nadeau (1995) a expliqué pourquoi la réussite généralement élevée des exercices systématiques masque l’incapacité des élèves à mobiliser en production écrite des ressources similaires : « ils n’obligent pas les élèves à faire un raisonnement grammatical complet, ils n’exercent pas la discrimination, la reconnaissance des contextes dans lesquels l’élève va devoir appliquer la règle en situation d’écriture » (Dolz et Simard, 2009, p. 213). En outre, ces exercices n’aident pas les enseignants à comprendre l’origine des difficultés des élèves. Au mieux, ils permettent de vérifier que les élèves possèdent les connaissances nécessaires à la résolution de tel ou de tel problème. Mais encore faut-il être en mesure de les mobiliser et de les appliquer à bon escient. Par ailleurs, les exercices systématiques et les productions écrites ne rendent pas compte du cheminement de l’élève pour choisir telle ou telle graphie. Dans la mesure où, lors d’ateliers de négociation graphique (ANG), des élèves verbalisent leur raisonnement par rapport à leurs choix de graphies, ils permettent non seulement aux élèves de développer ce regard réflexif, mais également aux enseignants de comprendre quelles sont les difficultés liées au transfert de savoirs et de savoir-faire chez les élèves. Leur attention n’est plus concentrée sur « comment ça s’écrit », mais sur « quel est le cheminement qui t’a conduit à choisir telle graphie ? »

L'article complet au format PDF

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok