Association belge pour la littératie - Section francophone

La conversation à la maternelle en tant qu’aide au développement de la littératie des enfants

Par Chara Cortessis-Dafermou, Sofia Morali, Maria Sfyroera, Konstantina Avlami, Fotini Kostoudi, Aimilia Fakou Université d’Athènes, Grèce

Selon le cadre théorique socio-constructiviste adopté dans ce travail, tout apprentissage se produit dans l’action et, plus précisément, dans l’interaction (Neuman, 1998, Bloom et Tinker, 2001, Boisclair et al, 2010). Autrement dit, les enfants apprennent grâce à leur propre activité, dans un environnement social qui encourage et soutient l’activation de leur pensée et leurs efforts d’apprentissage. Dans ce cadre, la médiation de l’adulte, de même que les interactions entre pairs – conçues comme pratiques éducatives reliées tant au concept vygotskien de la « zone proximale de développement » (1997) qu’à l’idée de « scaffolding » proposée par Bruner (1986) –, sont considérées comme extrêmement importantes.
En ce qui concerne le processus de la littératie, dans la littérature contemporaine, il est conçu comme un continuum qui reflète les interactions entre capacités personnelles, expériences culturelles vécues dans le cadre de la communauté et apprentissages acquis au sein de l’environnement des enfants, familial et/ou scolaire (McLachlan et al, 2010).
Par rapport à l’environnement scolaire, la discussion, comme négociation du sens, a un rôle très important à jouer puisque l’enfant, cherchant à la fois à comprendre l’idée de son interlocuteur et à être compris, peut être amené à des activités un peu plus complexes que ce qu’il aurait fait seul (Boisclair et al, 2010). La conversation peut donc être considérée comme l’outil privilégié de la médiation de l’enseignant entre les connaissances, qui relèvent du quotidien des enfants, et la perspective de la construction des concepts et des connaissances scolaires et « scientifiques », les aidant à passer des discours extrêmement contextualisés, issus de leurs routines immédiates, à des discours de plus en plus distanciés et décontextualisés. Et cette évolution supporte leur développement personnel et le développement de leur littératie (Berthoud-Papandropoulou et Kilcher-Hagedorn, 2010).

L'article complet au format PDF

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok