Association belge pour la littératie - Section francophone

Reprise des activités

Après une petite année de silence consacrée à redéfinir nos lignes de conduite et à réorganiser nos effectifs, nous vous annonçons la reprise des activités de l’ABLF. Caractères devient désormais bisannuel (juin – décembre) avec de nouveaux articles, en version numérique, susceptibles d’alimenter les pratiques et réflexions en littératie. Pour les recevoir, rejoignez-nous

Nous poursuivons par ailleurs la diffusion en libre accès des anciens numéros de Caractères, dont vous trouverez une sélection ci-dessous et très bientôt l'entièreté dans le menu Caractères. 

N’hésitez pas à les diffuser et à suivre nos actualités via notre page Facebook !

Développer l’engagement dans la lecture de 0 à 18 ans

Conférence introductive de la journée « Plan Lecture » organisée par la Fédération Wallonie-Bruxelles
La Marlagne, 30  avril 2019

Patricia Schillings, Graziella Deleuze, Soledad Ferreira, Marine André et Geneviève Hauzeur.

Je tiens tout d’abord à remercier le Service général des Lettres et du Livre, et plus particulièrement Laurent Moosen, de nous avoir confié la responsabilité d’introduire cette journée. Le soutien qu’il apporte à notre association marque la reconnaissance de la place que peut occuper une petite association telle que la nôtre dans le champ des acteurs de la lecture en Fédération Wallonie-Bruxelles.
Pour aborder la problématique de l’engagement dans la lecture de 0 à 18 ans, je vous propose de commencer par le témoignage d’un lecteur adolescent adressé à son enseignant.

Le texte intégral de la présentation est disponible au format PDF.

 

Christel Derydt / Marie Dumont

École des loisirs, Pastel. 2008.

Niveau : Pour les tout-petits (2-4 ans)

Thèmes : peur du noir, peur du loup

Il fait noir… C’est l’heure de se coucher. Le petit cochon a peur du loup, il voit une paire d’yeux terrifiants, il entend… «crac»… de drôles de bruits. Qui cela peut-il bien être ? Est-ce le fameux loup ? Il appelle son papa qui arrive avec un objet qui se révèle bien utile… Une lampe de poche ! «Clic», l’animal mystérieux est démasqué. Il n’y a aucune raison d’avoir peur : ce n’est qu’un escargot qui est beau, une souris qui s’enfuit, une chouette qu’on embête, une grenouille qui fait la fripouille, deux papillons de nuit qui sourient. Le petit s’endort, rassuré. Donc, pas de loup ? Mais est-ce bien sûr ?

Geneviève Hauzeur

Comment Wang-Fô fut sauvé (Marguerite Yourcenar)

Au cours de français, l’entrée dans le secondaire implique notamment la lecture à domicile d’un certain nombre de romans. Ceux qui « aiment lire » s’acquittent sans doute facilement de leur tâche, mais restent sur leur faim quand leur implication se voit valorisée par la seule exécution d’un questionnaire de vérification ; pour les autres, ces lectures à domicile sont synonymes de corvée ou se réduisent à la recherche d’une fiche de lecture sur le net, quand elles ne sont pas tout simplement non réalisées, au grand dam des enseignants. Comment motiver les élèves à réellement s’engager dans la lecture de romans ? Comment exploiter leur lecture autrement que par le traditionnel questionnaire de vérification ? Comment les outiller pour en faire des lecteurs actifs et autonomes de récits de qualité ? Les cercles de lecture proposent des réponses très concrètes à ces questions, et ce quels que soient le niveau de maitrise des élèves, leurs attentes ou difficultés en lecture. Cet article expose les grands principes du dispositif et en propose une illustration via les traces de deux expérimentations menées dans des classes de 1re secondaire autour de la nouvelle de Marguerite Yourcenar, Comment Wang-Fô fut sauvé.

PDF de l'article

Mary DeKonty Applegate, Université St Joseph, Philadelphie - Anthony J. Applegate, Université Sainte Famille, Philadelphie - Virginia B. Modla, Université La Salle, Philadelphie.

« She’s My Best Reader; She Just Can’t Comprehend » : Studying the Relationship Between Fluency and Comprehension. The Reading Teacher, 62(6), pp. 512–521. © 2009 International Reading Association. Tous droits réservés.

Traduction Serge Terwagne

Si la fluidité en lecture contribue à la compréhension, alors les élèves qui ont la lecture la plus fluide devraient être les meilleurs en compréhension. Les auteurs de cette étude trouvent pourtant que c’est loin d’être toujours le cas.

Pauline Sirois, Andrée Boisclair, Faculté des sciences de l’éducation Université Laval (Québec)

(accès gratuit pdf)

Comment l’adulte peut-il faciliter le passage du jeune enfant entre le monde enchanté des livres d’histoire de la petite enfance et celui non moins merveilleux que peut offrir l’apprentissage de l’écrit? Nous savons tous que notre responsabilité en tant qu’adulte, guide et soutien, est immense face à ce passage. Il est donc important de questionner nos pratiques pédagogiques, dans un souci de partage au regard de l’intervention en écriture.

Catherine Stercq, Lire et Écrire

Ce texte peut être considéré comme une illustration du texte de Danielle De Keyzer paru dans le numéro précédent sur l’emploi de la Méthode naturelle de lecture et d’écriture en alphabétisation adulte.

Voici une démarche proposée dans le cadre d’un cours du soir pour travailleurs qui venaient en formation deux fois deux heures par semaine et qui apprenaient à lire et à écrire avec la Méthode naturelle de lecture et d’écriture (MNLE). Le groupe était alors constitué de 8 personnes, hommes et femmes, belges et étrangers de différentes nationalités, effectuant divers métiers. Ces personnes s’exprimaient aisément à l’oral, débutaient à l’écrit avec cependant, comme dans tous les groupes, une assez grande hétérogénéité. Au moment où la démarche a été réalisée, elles avaient déjà acquis la maitrise du geste graphique, la reconnaissance globale de mots familiers et certaines commençaient à repérer des analogies : « c’est comme ».

 

Les cookies nous permettent de vous fournir nos services plus facilement. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Ok