Ablf logobanniere

Caractères 52

Dans ce numéro de Caractères, nous approchons une forme de littératie particulière : la littératie numérique. Pas nouvelle en soi - la question de l'introduction des TIC à l'école se pose depuis des lustres -, elle reste toutefois peu présente dans les classes. Deux articles, rédigés par des enseignantes du second degré de l'enseignement secondaire à partir de leur expérience en classe, sont proposés.

 

Le premier article, après avoir défini la littératie numérique et ciblé des compétences qui prennent en considération les notions d'interactivité et d'esprit critique face au Web, décrit les résultats d'une recherche menée au deuxième degré de l'enseignement secondaire (en 3e année générale et 4e année technique de qualification). Dans cet article, Corine Gava analyse l'impact de séquences d'enseignement-apprentissage sur des thèmes tels que les comportements éthiques en ligne, la protection de la vie privée et ses dilemmes, la sélection et la validation des informations en ligne et la propagande haineuse, dans le cadre d'un dispositif de recherche qui inclut un pré-test et un post-test. Les résultats montrent une évolution dans les aptitudes et comportements des élèves, avec une tendance à réduire les disparités. Malgré leur plongée dans l'informatique dès leur plus jeune âge - l'auteure les nomme les « natifs du numérique » -, les élèves sont en effet loin d'être égaux au départ dans leur capacité d'utilisation du web et les séquences proposées leur ont permis de développer de nouveaux comportements. Cet article témoigne d'une initiative audacieuse qui pourrait encourager d'autres enseignants à se lancer dans l'aventure !

 

Le second article décrit une séquence d'enseignement-apprentissage en 3e année générale qui conjugue l'utilisation de Twitter ... et la découverte des formes courtes rédigées par des auteurs du 17e siècle ! Autre audace tout aussi payante. Dans cet article, Fanny Bourdon décrit précisément comment, à travers un ensemble d'activités incluant des productions d'écrits par les élèves, des lectures et des découvertes d'auteurs, elle a amené ses élèves à produire des tweets à la manière de Chamfort, La Bruyère, La Rochefoucauld. Des moralistes qui, si l'on suit Bernard Pivot, ont été de grands twitteurs avant l'heure. La forme courte est un texte qui dit beaucoup de choses en peu de mots. Il s'agit de trouver la formule juste, celle qui accroche et que l'on garde en tête. Le tweet est une forme courte puisqu'il ne peut dépasser 140 caractères. Le thème de la mode, choisi pour sélectionner les formes courtes et produire les tweets, est intemporel. La situation d'écriture est authentique : les tweets des élèves ont été publiés via des comptes créés pour l'occasion.
Cette excursion au 17e siècle, dans un véhicule du 21e siècle, n'est pas une simple coquetterie pédagogique. D'une part, elle donne l'occasion à tous les élèves d'accéder à la culture littéraire, aux grands auteurs et à leur apport en termes de critique sociale. D'autre part, elle les confronte à la situation de publier des écrits en ligne sur un réseau social et génère ipso facto une motivation à bien réfléchir le contenu et la forme de ces écrits qui vont être lus par tout le monde.
Ce second article a été rédigé à partir d'une communication proposée lors du colloque organisé par l'ABLF le 06 novembre 2015 à la Haute école de Bruxelles/Defré et intitulé : enseignement et apprentissage de la lecture - écriture : les garants de la participation citoyenne. Toutes les communications de ce colloque, qui a accueilli une grosse centaine de participants, seront régulièrement publiées dans Caractères, ainsi que dans des actes dont la parution est prévue pour l'automne 2016.

Bonne lecture!

L'ABLF

Les cookies nous permettent de vous fournir nos services plus facilement. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Ok